En direct du terrain…

19 juin 2017

Photo de la semaine LPO : Premier bilan du printemps 2017

NDLR : un nid supplémentaire a été porté dernièrement à notre connaissance ; l'actualité a donc été…
9 juin 2017

Facebook réseau Cigogne noire : 900 likes !

Vous êtes désormais plus de 900 à suivre le facebook de la coordination nationale ONF-LPO du…
7 juin 2017

La Cigogne noire à l’honneur dans un reportage consacré au futur Parc national des forêts de Champagne et Bourgogne

La Cigogne noire était à l'honneur dans un reportage sur le futur Parc national des forêts de…
10 mai 2017

Nids occupés au 1er mai 2017...

Au 1er mai 2017, le réseau national Cigogne noire ONF-LPO a connaissance de 34 nids occupés…
2 mai 2017

Photo de la semaine LPO : suivez en direct la vie d’une famille de Cigogne noire...

La coordination nationale Cigogne noire ONF-LPO vous propose de suivre ce couple (Hongrie). Au…

Plus d’actualités…

2012 septembre 23 - La Croix - La cigogne noire, un indicateur de la santé des forêts

La Croix : retrouvez l’article original

Actualité > France

La cigogne noire, un indicateur de la santé des forêts

La 6e conférence internationale sur la cigogne noire qui se tenait à Châlons-en-Champagne (Marne) du 21 au 23 septembre a été l’occasion de constater l’amélioration de la situation de cette espèce et de mettre sur pied des collaborations avec des pays d’Europe centrale et du Sahel.

Cigogne noire

NICOLAS GENDRE / LPO
Cigogne noire

Voir aussi
cleAprès la conférence de Doha sur le climat, tous les regards se tournent vers 2015
La conférence sur le changement climatique démarre à Doha
cleLa lutte à Notre-Dame-des-Landes a-t-elle des points communs avec le mouvement du Larzac ?
Des manifestants en nombre défilent à Notre-Dame-des-Landes

Qu’est ce qui a un bec et des pattes rouges, un ventre blanc mais un dos et des ailes noires aux reflets verts et violets, qui élève deux ou trois oisillons blancs et niche discrètement dans le fin fonds des forêts ? La cigogne noire, bien sûr.

« Peu connue du grand public, à la fois à cause de son faible nombre en France – 30 à 60 couples contre 1 750 pour la cigogne blanche – et parce qu’elle est plus sauvage que sa cousine blanche, Ciconia nigra est une espèce encore vulnérable mais dont la situation globale est progressivement en train de s’améliorer », explique Nicolas Gendre, ornithologue à la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

Plus petite que la cigogne blanche avec ses 3 kg et son 1,85 m d’envergure, capable de vivre jusqu’à 20 ans, on l’observe essentiellement dans le Centre et l’Est de la France (Alsace, Champagne, Ardenne et Bourgogne), notamment dans la forêt de Châtillon-sur-Seine et celle d’Orient, près de Troyes, riches en lacs et étangs, un élément important pour attirer la cigogne noire.
Un gastronome à robe noire

« Pour nicher, elle s’installe en haut d’arbres élevés (chêne, pin de plus d’une douzaine de mètres) dans des forêts qui jouxtent des vallées dotées de cours d’eau extrêmement propres ainsi que des prairies pâturées, » observe Paul Brossault, technicien forestier à l’Office national des forêts (ONF).

« En Bourgogne, on suit un nid dont l’emplacement a été judicieusement placé puisque, situé en tête de trois bassins versants, les cigognes peuvent aller se nourrir autour de l’un ou l’autre des ruisseaux selon les contraintes », poursuit le forestier. Écrevisse à pattes blanches, petits poissons tels que chabot, truitelle ou loche, quelques grenouilles, insectes (criquet, sauterelle, larves aquatiques), vers de terre et limaces, figurent au menu de ce gastronome à robe noire.

« La cigogne noire est un excellent indicateur de la bonne santé des forêts où elle se reproduit : c’est une espèce-parapluie, car là où on l’observe on peut être sûr que sont installés d’autres animaux comme l’écrevisse, le martin-pêcheur voire même la loutre », indique Nicolas Gendre.
Un migrateur qui s’envole vers le sud en août-septembre

La cigogne noire est un migrateur. Habituellement, elle vole dans des courants d’air chaud, parcourant 200 à 300 km par jour. Pour hiverner, elle s’envole vers le sud en août-septembre et revient en février-mars. La population d’Europe de l’ouest gagne l’Afrique de l’ouest via Gibraltar, la Sicile où la Crète, tandis que celle d’Europe de l’Est rejoint, via le Bosphore ou Israël, l’Afrique de l’est, du sud ou même l’Inde.

« L’Europe une fois quittée, il est difficile de savoir ce qu’elles deviennent, explique Nicolas Gendre. Parfois elles sont capturées quand elles se nourrissent au sol pour être consommées, d’autres sont tirées au fusil, ou bien encore sont victimes de la sécheresse qui tarit leurs sources d’alimentation », poursuit-il.

Pour percer le mystère de leurs pérégrinations, en collaboration avec les chercheurs CNRS de Strasbourg, les ornithologues ont équipé plusieurs d’entre elles d’une minuscule balise, pesant 45 g et prévue pour durer 3 ans, permettant de suivre leur cheminement par GPS satellitaire une dizaine de fois par 24 heures (1).
Un moyen de relier les hommes

Aux dernières nouvelles, l’une était au Portugal, l’autre en Mauritanie, une troisième au Burkina Faso. Sur place, des ornithologues professionnels ou amateurs peuvent parfois prendre le relais. Quand la cigogne noire est, aussi, un moyen de relier les hommes…

(1) www.cigogne-noire.fr

DENIS SERGENT

Mots-clés :
Cigogne
écologie

Mots-clés : Châlons-en-Champagne, Champagne-Ardenne, France, Colloque international, Programme interrégional, Communications, Article de presse

Partagez :