En direct du terrain…

2 mai 2017

Photo de la semaine LPO : suivez en direct la vie d’une famille de Cigogne noire...

La coordination nationale Cigogne noire ONF-LPO vous propose de suivre ce couple (Hongrie). Au…
11 mars 2017

Exposition Cigogne noire actuellement dans l’Aisne (02)

SEPRONAT (Société pour l'étude et le Protection de la Thiérache) organise actuellement un évenement…
10 mars 2017

Message de soutien du Président de la LPO au Président du GIP du futur Parc national des forêts de Champagne et Bourgogne

Le lundi 27 février 2017, une minorité d'opposants au projet de création du Parc national ont…
9 mars 2017

En attendant le printemps...

La Cigogne noire est le plus grand oiseau forestier de France. Retrouvez le déroulement d'une…
8 mars 2017

Webcam Cigogne noire en Hongrie : rentrez dans l’intimité d’un couple de Cigogne noire...

La coordination nationale Cigogne noire ONF-LPO vous propose de suivre ce couple (Hongrie).…

Plus d’actualités…

2012 septembre 25 - L’Union Ardennais - Record de France pour les cigognes noires de Signy-l’Abbaye

L’Union Ardennais : retrouvez l’article original

Accueil > Ardennes - Culture et Loisirs - Charleville-Mézières - Signy-l’Abbaye

Record de France pour les cigognes noires de Signy-l’Abbaye

Publié le mardi 25 septembre 2012 à 10H00 - Vu 423 fois

Les participants du 6e colloque international de Châlons ont découvert le site signacien.

ARDENNES. Le nid de cigognes noires de Signy-l’Abbaye détient actuellement le record de France de longévité : 10 ans ! Le chêne où il est installé a été officiellement baptisé…

ON se souvient à Signy-l’Abbaye que des Belges avaient bagué des cigogneaux en 1995 en forêt domaniale. La présence de la cigogne noire était confirmée dans les années suivantes et, avec leur professeur de sciences, associée à ces repérages, les collégiens signaciens ont effectué une étude détaillée de cet échassier migrateur.
La cigogne noire niche toujours dans le massif forestier de Signy-l’Abbaye et, si nous ne pouvons préciser où elle se trouve, nous avons eu néanmoins le privilège d’assister, dimanche en fin de matinée, au baptême du gros chêne qui porte l’énorme nid (diamètre 1,60 m, épaisseur : 90 cm) depuis dix ans, ce qui constitue actuellement le record de France au point de vue longévité.
Depuis qu’en 1997, l’Alsacien Philippe Buché a découvert des cigogneaux d’une autre couleur que ceux de sa région, les services de l’ONF suivent très attentivement les nichées annuelles et procèdent au baguage des jeunes qu’ils trouvent au nid. L’historique a été présenté dans le détail par Frédéric Langlois, responsable départemental du réseau cigognes noires.

Des travaux reportés pour ne pas déranger les oiseaux

Un agent, Benoît Bocquet, a été formé à la grimpe et « le singe » (dixit ses collègues !) a à son tour formé un élève, Jacques Morel de Flize. Les cigognes adultes ne peuvent pas être rencontrées car elles ne passent qu’une minute et demi 5 ou 6 fois par jour à s’occuper de leurs petits.
En revanche, en jetant une couverture sur le nid, les cigogneaux peuvent être atteints et bagués. Une démonstration a été faite aux participants du 6e colloque international de la cigogne noire qui se tenait à Châlons-en-Champagne et des spécialistes mondiaux se sont intéressés au site signacien.
Le chêne de plus de 30 m de haut qui supporte le nid, à 16,50 m du sol, est connu depuis 2003 et a accueilli déjà dix nichées de trois ou quatre cigogneaux.
Il se trouve dans une parcelle très riche où l’ONF se trouve contraint de reporter ses travaux sylvicoles pour ne pas déranger cet oiseau rare. Stéphane Murzin, responsable de l’unité de Signy, accompagné de Régis Canniaux, un ancien ouvrier forestier qui avait découvert le nid en avril 2002, ont baptisé cet arbre comme on baptise un bateau.
Les présents ont alors été saisis par les sonneries exécutées par les Trompes de la Thiérache qui étaient cachées dans le secteur. Le Rallye de Thilgem et la Saint-Hubert ponctuèrent de magistrales interprétations. Le bruit n’a pas dérangé les oiseaux, les cigognes noires étant parties pour leur migration annuelle. Chacun espère bien sûr qu’elles reviendront encore au printemps prochain.

Mots-clés : Champagne-Ardenne, Communications, Article de presse

Partagez :